Retrouvez-moi aussi sur...

Mes dernières chroniques :  

mardi 14 novembre 2017

Clair Obscur, Lily Haime



Titre : Clair Obscur
Auteur : Lily Haime
Date de publication : 7 août 2015
Éditions : MxM Bookmark 
Pages : 352
Genre : Romance M/M



~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~ ~~


Il est grand temps que je vous parle d'un livre que j'ai lu il y a un peu plus d'un mois et qui fut un énorme coup de coeur. Enfin, écouté plus exactement puisque c'est la version audio-book que j'ai d'abord acheté mais comme j'ai tellement aimé cette histoire, j'ai acheté la version papier pour que ce roman trouve une place de choix dans ma bibliothèque. D'ailleurs, il se trouve pile au milieu, on ne peux pas le rater ^^



Une vraie claque ! 


Je vous ai déjà dit que pour moi, les chroniques les plus difficiles à écrire sont celle à propos des livres que j'ai le plus aimé. Et bien là, c'est clairement le cas. C'est même la raison pour laquelle je repousse l'écriture de cet article depuis quatre semaines. Je ne sais pas comment est-ce que je vais pouvoir vous expliquer à quel point cette histoire est géniale, merveilleuse, émouvante, profonde ; comment l'auteure a su me toucher en plein cœur, combien les personnages sont bien écrits, beaux, touchants. 
Généralement, lorsque j'écoute un audio-book, je ne l'écoute qu'en voiture mais là, je passais des heures, chez moi, les écouteurs branchés aux oreilles à écouter Clair Obscur tellement j'étais plongée dans l'intrigue. Mention spéciale au lecteur qui est sensationnel, il fait ressortir à merveille les sentiments des deux personnages principaux.

J'avais des cicatrices ? Mais qui n'en avait pas. Les miennes étaient seulement plus visibles que d'autres. Ce n'était surement pas ce détail qui me ferait fuir.

Gwenn a 17 ans et presque tout pour être heureux : il vient enfin d'être accepté à la Juilliard school, la consécration après des années d'entrainement ! Avant de partir, il ne lui reste qu'une chose à faire, avouer à Sevan, le meilleur ami de son grand frère qu'il est amoureux de lui depuis aussi loin qu'il s'en souvienne. Avec un crochet du droit, ce dernier va lui briser le cœur en lui frappant la mâchoire. Anéanti, il quitte le chalet, négocie mal son virage à flan de montagne avant qu'un camion n'y propulse sa voiture... 
Sept ans plus tard, Gwenn travaille dans une petite école de danse, maigre collation après avoir du abandonné ses rêves de premier rôle à cause de son accident de voiture. Voilà 7 ans qu'il n'a plus revu Sevan, ce dernier s'étant engagé dans l'armée après avoir épousé sa petite amie de l'époque. Voilà 7 ans qu'il n'a pas revu celui qu'il n'a jamais oublié et qui est  désormais de retour à Portland. 

Si Gwenn a tout fait pour continuer d'éviter, pendant plusieurs semaines, celui qui en plus d'être sont amour de jeunesse est également celui que son père a toujours pris sous son aile, mais aussi le nouveau partenaire de son frère à la police. Un concours de circonstances va les amener à vivre provisoirement sous le même toit. A partir de ce moment tout devient à la fois plus facile et infiniment plus difficile. Facile parce que vivre ensemble est comme une évidence. Difficile parce n'être "que" colocataires est une torture. 

Je ferai avec ta colère, parce qu'elle est justifiée, parce que je la préfère à ton indifférence.

Autour de cette romance, nous tournons autour des thèmes qui me sont chers comme la famille et l'amitié. A travers des éclats de rire dans un bar en construction, les tribulations de Lola, l'adorable nièce de Gwenn, les histoires de cœur de Jek, le co-propriétaire du bar, nous découvrons comment cette famille a été à la fois le soutien et l'enclume de notre héros au cours de ces années. Comment est-ce que Gwenn s'est effondré après avoir tout perdu et a remonté la pente sous l'aile de ses proche parfois maladroits. 
J'ai aimé la confrontation entre les deux protagonistes masculins : d'un coté le jeune danseur aux yeux vairons qui, à 17 ans savait déjà tout ce qu'il attendait de la vie et l'ancien militaire qui, à plus de 30 ans est toujours aussi perdu. J'aime ces héros courageux qui portent des failles, des canyons même si on parle des terreurs nocturnes que Sevan a rapporté avec lui d’Afghanistan. Gwenn est celui qui porte des cicatrices sur le visage mais Sevan est celui qui a le plus besoin d'aide...

Cette histoire, aussi formidable soit-elle ne serait rien sans la magnifique plume de Lily Haime. Il y a une telle poésie dans sa façon d'écrire, c'est quelque chose de terriblement envoûtant. Au cœur des questionnements de ses héros, l'auteure incorpore l'importance de la danse et cela reflète à merveille les ressentis de Gwenn tandis que pour avouer ce qu'il n'ose dire, Sevan se réfugie dans l'arménien, sa langue maternelle. 
J'ai trouvé très belle et très pertinente la manière dont était structuré le récit : Gwenn est toujours le narrateurs mais à chaque début de chapitre, nous avons quelques lignes dans la tête de Sevan et chacun de ces mots est d'une émotion percutante. 

J'espère que tu les entends, tous ces cris que je ne sais pas pousser. 
J'espère que tu les vois, toutes ces larmes que je ne sais pas verser.


Bilan

Je pense que vous l'avez compris, Clair Obscur fut un énorme coup de cœur, une vraie claque, l'un des meilleurs romans que j'ai lu au cours de cette année. 
J'ai été enchantée par l'écriture percutante de cette auteure qui sert remarquablement cette histoire que j'ai trouvé magnifique. 

Honnêtement, la seule chose qui m'a fait tenir en terminant cette histoire, c'était de savoir que j'avais un autre roman de Lily Haime dans ma PàL et croyez-moi où non, mais malgré tout ce que je viens de vous dire sur Clair Obscur, je crois que ma seconde lecture était encore meilleure ! 




Bonne journée
Bisous
💛




2 commentaires:

  1. ce livre est dans ma WL, mais ta chronique me donne très envie de me l'acheter très prochainement ! les coups de cœurs sont tellement rare que je n'aimerai pas louper l’occasion d'en avoir un ,)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis bien d'accord là dessus ! J'ai eu 4 vrais gros coups de coeur depuis le début de l'année, sur plus de 180 livres lus, ça ne fait pas tant

      Supprimer